Articles

Recommandé
Défendons la liberté d’informer sur le secteur agro-alimentaire

Défendons la liberté d’informer sur le secteur agro-alimentaire

Nous relayons ici le communiqué du comité de soutien à Inès qui s’est monté suite aux tentatives d’intimidation dont elle fait l’objet.

Pétition à signer en ligne sur Cyberacteurs  (voir les signataires): https://www.cyberacteurs.org/cyberactions/dynfendonslalibertyndinformersurles-3791.html

Contact: [email protected]

Contacts presse:

  • Serge Le Quéau: 06 80 95 85 17
  • Yves-Marie Le Lay: 06 12 74 34 56

La presse en parle


Tribune parue sur Libération.

La crise sanitaire actuelle nous le montre : la vigilance pour la sauvegarde des libertés fondamentales est un combat à reprendre sans trêve. Pour certains, cet attachement semble un luxe dont on pourrait se passer quand la situation est dictée par l’urgence. Cette idée reçue constitue une erreur dangereuse. C’est pourquoi, même si tout semble nous inviter à regarder ailleurs et à s’accommoder de régressions démocratiques prétendument inévitables, il nous importe de porter à la connaissance publique une affaire qui attire notre plus grande attention.

Crédits : Algues vertes – L’histoire interdite | Inès Léraud et Pierre Van Hove | La revue dessinée | Delcourt

Nous sommes des militants associatifs, agriculteurs, scientifiques, auteurs, avocats, journalistes, syndicalistes, élus, citoyennes et citoyens. Nous estimons qu’il est de notre devoir, moral et civique, de faire connaître la situation inacceptable rencontrée par la journaliste Inès Léraud. Nous appelons à la soutenir alors que des intimidations et procès visent à faire taire son activité. Plus généralement, nous entendons défendre la liberté d’informer face aux intérêts privés qui aimeraient la restreindre.

Inès Léraud est une journaliste connue pour avoir beaucoup enquêté sur l’industrie agroalimentaire en Bretagne. Elle s’est notamment immergée dans un village breton et a suivi de près l’intoxication par les pesticides dont ont été victimes des salariés de la plus grande coopérative agricole bretonne, Triskalia. Par des reportages diffusés sur France Inter et France Culture notamment, elle a mis au grand jour des pratiques courantes, illégales et souvent dangereuses, mises en œuvre par certains puissants acteurs du secteur agroalimentaire. Ces pratiques, hélas, se sont révélées régulièrement «couvertes» par des administrations et les élus. Cette journaliste, dont le travail a été notamment salué par le quotidien le Monde, s’est aussi intéressée aux «marées vertes» qui se sont répandues sur les côtes bretonnes depuis l’avènement de l’élevage industriel. Cet intérêt a débouché sur une bande dessinée réalisée en collaboration avec Pierre Van Hove aux éditions La Revue dessinée-Delcourt (2019), Algues vertes, l’histoire interdite, un album qui connaît un retentissant succès. Suite à cette publication, deux séries d’évènements nous alertent.

Pressions et intimidations : la fabrique du silence

En mars 2020, l’hebdomadaire le Canard enchaîné révèle que la venue de la journaliste au Salon du livre de Quintin (Côtes-d’Armor) a été annulée après l’intervention auprès de l’équipe du salon d’un élu de la municipalité. Ce dernier est par ailleurs salarié de la chambre d’agriculture des Côtes-d’Armor (dirigée par la FNSEA). Un peu plus tôt, la journaliste avait appris qu’une maison d’édition régionale avait préféré renoncer à son projet de traduction en breton de la bande dessinée Algues vertes, l’histoire interdite, par peur de perdre des subventions du Conseil régional de Bretagne.

Quelques mois plus tôt, fin 2019, Inès Léraud a été visée par une plainte en diffamation de Christian Buson, un personnage phare du paysage agroalimentaire breton. Il est directeur d’un «bureau d’études en environnement», le GES, qui prodigue des conseils à destination des agro-industries (près de 4 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel). Il est aussi président de l’Institut technique et scientifique de l’environnement (ISTE) fondé entre autres par les entreprises Lactalis, Daucy et Doux en 1996. Cet institut est notamment connu pour propager des thèses sur les marées vertes favorables au secteur agro-alimentaire. Il est enfin secrétaire général de l’Association francophone des climat-optimistes (AFCO) qui lutte contre la diffusion des informations scientifiques relatives au réchauffement climatique.

Dès 2017, Christian Buson n’hésitait pas à dénigrer la journaliste après la diffusion de ses enquêtes sur les marées vertes bretonnes sur les ondes radio. Il lui écrivait par courriel : «Vous pourrez postuler pour le Prix Elise Lucet de la désinformation […] Je vous souhaite évidemment une brillante carrière». La plainte en diffamation qu’il lui intente par la suite ressemble à une vendetta ad hominem : elle ne vise aucunement, comme il est de coutume, la journaliste et le directeur de publication (ou l’éditeur), mais uniquement la journaliste. Elle est par ailleurs déposée dans la boîte aux lettres de la maison où Inès Léraud vivait quand elle menait ses enquêtes dans un hameau, au cœur du centre-Bretagne. Prêtée par des proches, cette maison n’a jamais été sa résidence officielle. Une manière subtile de lui dire : «on sait où vous trouver» ?

Christian Buson a renoncé à sa plainte quelques jours avant l’audience prévue le 7 janvier 2020, alors que la journaliste et son avocat avaient préparé leur dossier de défense. Une preuve que cette attaque judiciaire était une tentative d’intimidation.

Doit-on laisser la Bretagne devenir le far-west ?

Quelques mois plus tôt, Jean Chéritel, PDG du groupe Chéritel, dépose une plainte en diffamation contre Inès Léraud, suite à la publication de son enquête intitulée «Travail dissimulé, fraude sur les étiquettes : les multiples abus d’un groupe agro-industriel breton» (Bastamag, 26 mars 2019). Le groupe Chéritel est un important grossiste en fruits et légumes, qui revendique 45 millions de chiffre d’affaires et 120 salariés. Il approvisionne les enseignes Leclerc, Intermarché, Auchan, Carrefour, Système U, Aldi ou encore Quick et KFC.

Jean Chéritel n’en est pas à sa première procédure judiciaire destinée à inhiber le travail journalistique. En 2015, il attaque en diffamation le quotidien régional le Télégramme suite à la publication d’un article sur l’emploi illégal de travailleurs bulgares au sein du groupe. Le Télégramme perd alors son procès. Mais, trois ans plus tard, en décembre 2018, les révélations du quotidien régional sont confirmées : le groupe Chéritel est condamné par le tribunal de grande instance de Saint-Brieuc à 261 610 euros d’amende pour «délit de marchandage […] commis à l’égard de plusieurs personnes : opération illégale à but lucratif de fourniture de main-d’œuvre». Son gérant, Jean Chéritel, écope de 10 000 euros d’amende, deux mois de prison avec sursis et deux ans d’interdiction d’exercer l’activité de sous-entrepreneur de main-d’œuvre. Le groupe et son gérant ont fait appel.

Le procès intenté au Télégramme agit comme un bâillon invisible sur la presse bretonne. Après lui, celle-ci ne s’intéresse plus guère à cette entreprise. En 2017, lorsqu’une source appelle des journaux locaux pour leur faire part d’une fraude massive sur les tomates au sein du groupe Chéritel, les rédactions se censurent et ne donnent pas suite. Avertie par des confrères, Inès Léraud décide d’enquêter. Ce travail lui prend six mois. Elle découvre aussi bien les fraudes de Jean Chéritel que sa façon d’anéantir les critiques, dans l’entreprise comme au dehors. Elle s’étonne également de l’absence de syndicat au sein du groupe, qui comprend pourtant 120 salariés ! Bastamag décide de publier cette enquête. Ce journal, coordonné par Agnès Rousseaux et Ivan du Roy, est connu pour avoir mené plusieurs investigations sur le groupe Bolloré et remporté les nombreuses procédures intentées par cet industriel. Quelques mois après la publication de l’enquête, le groupe Chéritel est condamné à près de 100 000 euros d’amende et son gérant à  une peine de prison avec sursis pour maquillage de l’origine de ses produits (novembre 2019). Quoique multi-condamnée en première instance, cette entreprise continue de s’en prendre à celles et ceux qui tentent d’informer sur ses pratiques contestables. Ainsi, la procédure qu’elle vient d’intenter contre Inès Léraud. Elle débouchera sur une audience au TGI de Paris qui aura lieu les 20 et 21 janvier 2021.

La liberté d’informer, un instrument démocratique à protéger

En 2020, en France, une journaliste est donc inquiétée sur deux fronts pour n’avoir fait que son travail : informer ses concitoyens sur le fonctionnement de l’industrie agro-alimentaire, secteur économique central en Bretagne. Comment une telle stratégie d’intimidations et de menaces est-elle possible dans un territoire de la République ? Certains acteurs de l’agro-alimentaire seraient-ils au-dessus des lois au point, non seulement de contrevenir au droit, mais aussi de tout faire pour que personne ne puisse le faire savoir ?

Nous, citoyennes et citoyens, militants associatifs, agriculteurs, scientifiques, chefs cuisiniers, avocats, journalistes, élus, syndicalistes, auteurs, nous ne nous résignons pas face à ces attaques envers la liberté d’informer. Celle-ci est déjà mise à l’épreuve par la tendance à sanctuariser le «secret des affaires» au profit des grandes puissances économiques. Nous en sommes persuadés : nos démocraties, au niveau national comme au niveau régional, ont besoin de cette liberté qui, seule, garantit l’effectivité de contre-pouvoirs citoyens. Cette liberté d’informer s’exerce à l’égard des pouvoirs politiques ; il importe qu’elle s’exerce aussi envers les puissances économiques et financières qui ont pris une importance considérable dans notre société. Ces dernières doivent donc être soumises aux devoirs qui s’appliquent à tout un chacun.

En tant que citoyen, chacun a le droit de connaître la réalité pour être en capacité d’exprimer librement ses choix politiques, quels qu’ils soient. Soutenir la journaliste Inès Léraud face à de tels agissements, c’est défendre la liberté d’information, ce bien démocratique si précieux.


Les signataires

  • Pierre-Henri ALLAIN, journaliste
  • Edith ANDOUVLIE, maire d’Us
  • Yann Arthus-BERTRAND, photographe et réalisateur
  • Florence AUBENAS, journaliste
  • Isabelle ATTARD, ancienne députée
  • Pierre AUROUSSEAU, agronome
  • Raymond AVRILLIER, maire-adjoint honoraire de Grenoble
  • Delphine BATHO, députée, ancienne ministre del’Ecologie
  • Jacques BENZAKOUN, journaliste
  • Nicolas BERARD, journaliste
  • Michel BESNARD, militant associatif
  • Eric BEYNEL, porte-parole de l’union syndicale Solidaires
  • Yves BILLON, syndicaliste
  • Benoît BITEAU, agriculteur, agronome, député européen
  • Michel BLIN, agronome
  • Sylvie BOURBIGOT, ancienne conseillère générale
  • José BOVE, ancien député européen
  • Hubert BUDOR, cinéaste
  • Henri BUSNEL, militant associatif
  • Jacques CAPLAT, chercheur en agronomie
  • Michèle CARMES, élue municipale
  • Amandine CASADAMONT, artiste-auteur
  • Fabien CHARBONNIER, paysan
  • Hélène CHAUVEAU, chercheuse en géographie
  • Denis CHEISSOUX, producteur de radio
  • AnneLaure CHOUIN, journaliste radio
  • Jean-Marc CLERY, syndicaliste
  • David COCAULT,syndicaliste
  • Yves COCHET, ancien ministre de l’Environnement
  • Joseph CONFAVREUX,journaliste
  • Daniel CUEFF, maire de Langouet
  • Emilien COUSIN, membre du bureau national du mouvement Utopia
  • Olivier CUZON, syndicaliste
  • Mirjam CZJZEK, chercheure(CNRS) en biochimie
  • Katia DANOFFRE, militante associative
  • Etienne DAVODEAU, auteur de bande-dessinée
  • Serge DA SILVA, syndicaliste
  • Brigitte DEBREU-MILON, militante associative
  • Sylvie DERRIEN, militante associative
  • Patrice DESCLAUD, militantécologiste
  • Mathias DESTAL, cofondateur de Disclose
  • Pascal DEUX, réalisateurradiophonique
  • Yvette DORE, ancienne maire d’Hillion
  • Thomas DUBREUIL, avocat endroit de l’environnement
  • François DUFOUR, paysan et conseiller régional de Normandie
  • Dominique DUHAMEL, militant associatif
  • Vincent ESNAULT, élu local et militant environnementaliste
  • Pierre ETIENNE, militant associatif
  • Alexandre FARO, avocat en droitde l’environnement
  • Léa FEHNER, cinéaste
  • Elise FELTGEN, libraire
  • Muriel FIANACCA, militante associative écologiste
  • Stéphane FOUCART, journaliste
  • Laurence FRANCHISSE-REYNAUD, comptable
  • Claude FUSTIER, militant environnementaliste
  • Marie-Claude GARCIA, militante associative
  • André GARCON, syndicaliste
  • Nicole GELLOT, journaliste
  • Lisa GIACHINO, journaliste
  • Fabien GINISTY, journaliste
  • Jean-Marie GOATER, éditeur
  • Marion GORGIARD, militante associative
  • Alain GOUTAL, dessinateur
  • Corinne GRAVIGNY, militante associative
  • Morgane GUESSANT, syndicaliste
  • Eric GUERET, réalisateur
  • Dominique GUIHO, militant associatif
  • Jean-Paul GUYOMARC’H, chercheur en biologie
  • Xavier HAMON, membre de l’Alliance Slow Fooddes Cuisiniers
  • Jean HASCOET, militant environnementaliste
  • Jean-Luc HERROU, militantassociatif
  • Pierre HINARD, agronome et éleveur
  • Marie-Jeanne HUSSET, présidente d’Agir pour l’environnement
  • Daniel IBANEZ, économiste
  • Yannick JADOT, député européen
  • Stéphen KERCKHOVE, délégué général d’Agir pour l’Environnement
  • Perrine KERVRAN,productrice radio et documentariste
  • Alexandre-Reza KOKABI, journaliste
  • Ingrid KRAGL, directrice de l’information de l’ONG Foodwatch
  • Joël LABBE, sénateur
  • Fleur LACARELLE, paysanne
  • François LAFFORGUE, avocat
  • Denis LAGRUE, vétérinaire
  • Guy LALUC, journaliste (presse agricole)
  • Morgan LARGE, élue locale et animatrice radio
  • Nadine LAUVERJAT, coordinatrice de Générations Futures
  • Carole LE BECHEC, membre du CESER de Bretagne
  • Catherine LEBLANC, directeur de recherche au CNRS (biologiemarine)
  • Yvan LE BOLLOC’H, ex-animateur TV et musicien
  • Félix LE GARREC, réalisateur
  • Nicole LE GARREC, réalisatrice
  • Jean-René Le GLATIN, militant associatif
  • Jean-Luc LE GUELLEC, syndicaliste
  • Annie LE GUILLOUX, militante associative
  • Yves-Marie LE LAY, militant associatif
  • Corinne LEPAGE, avocate, ancienne ministre de l’Environnement
  • Jeanne LE PIVERT, militante associative
  • Serge LE QUEAU, syndicaliste
  • Jade LINDGAARD, journaliste
  • Laurent LINTANF, militant associatif
  • Geoffrey LIVOLSI, co-fondateur du média Disclose
  • René LOUAIL, paysan, syndicaliste, ancien conseiller régional de Bretagne
  • Gilles LUNEAU, journaliste et réalisateur
  • Mathieu MAURIES, paysan
  • Alain MENESGUEN, chercheur en océanographie
  • Michel MERCERON, chercheur honoraire en biologie
  • Daniel MERMET, journaliste
  • Guillaume MEURICE, humoriste
  • Janick MORICEAU, ancienne conseillère régionale
  • Gildas MORVAN, adjoint au maire à Tréduder
  • Yasmine MOTARJEMI, ex-responsable de lasécurité sanitaire des aliments à Nestlé
  • Amélie MOUGEY, journaliste
  • Fabrice NICOLINO, journaliste
  • Jonathan NOSSITER, réalisateur
  • André OLLIVRO, militant écologiste
  • Mariana OTERO, cinéaste
  • Véronique PELLERIN, journaliste radio
  • Catherine PERROUD-KIBLER, agro-économiste
  • Pierre PEZERAT, réalisateur
  • Pierre PHILIPPE, médecin urgentiste
  • Anton PINSCHOF, paysan et syndicaliste
  • Fabien PLASTRE, servicecommunication du journal l’Âge de faire
  • Philippe POTIN, biologiste marin (CNRS)
  • Jean-Yves QUEMENEUR, militant associatif
  • Véronique REBEYROTTE, journaliste
  • Yorghos REMVIKOS, professeur en santé environnementale
  • Maxime RENAHY, investigateuréconomique
  • Gildas RENOU, universitaire en science politique
  • Bruno de REVIERS de MAUNY, chercheur en biologie (MNHN)
  • Andréa RIGAL-CASTA, avocat
  • Michèle RIVASI, députée européenne
  • Coline ROBERT, avocate
  • Lydia ROBIN, secrétaire derédaction
  • Marie-Monique ROBIN, journaliste et écrivaine
  • Olivier ROELLINGER, chef cuisinier
  • Laëtitia ROUXEL, auteure de bande dessinée
  • François RUFFIN, député
  • Agnès SACHSE, professeure d’art équestre
  • Bernard SACHSE, professeur d’art équestre
  • Etiennede SAINT-LAURENT, militant associatif
  • Jean SARRASIN, militant écologiste
  • Viviane SERRANO, syndicaliste
  • Khaled SID MOHAND, journaliste
  • Alain STEPHAN, syndicaliste
  • Jean-Michel TAILLANDIER, nivologue
  • Annie THEBAUD-MONY, sociologue de la santé (INSERM)
  • Mathieu THEURIER, vice-président de la métropole de Rennes
  • Thierry THOMAS, paysan et syndicaliste
  • Aurélie TROUVE, agroéconomiste, porte-parole d’ATTAC
  • Alain UGUEN, militant écologiste, ancien conseiller régional
  • Gabriel ULLMANN, expert judiciaire en environnement
  • Elise VAN BENEDEN, présidente d’Anticor
  • François VEILLERETTE, directeur de Générations Futures

 

Recommandé
Sortie de « Sur la plage empoisonnée » dans le N°17 de la Revue Dessinée

Sortie de « Sur la plage empoisonnée » dans le N°17 de la Revue Dessinée

Sur la plage empoisonnée, la bande dessinée issue des reportages d’Inès « Algues vertes le déni » et dessinée par Pierre Van Hove a été publiée dans le numéro 17 de la revue dessinée.

Vous pouvez aussi en lire les 12 premières pages gratuitement sur Issuu ou acheter la revue complète au format numérique sur Izneo.

Couverture "Sur la plage empoisonnée"

Des échantillons qui disparaissent dans les laboratoires, des corps enterrés avant d’être autopsiés, des jeux d’influence, des intimidations et un silence de plomb. Ne cherchez pas plus loin les ingrédients d’un bon polar. L’intrigue a pour décor le littoral breton.

Cette année encore, les algues vertes l’ont envahi en masse. Fraîches, elles sont inoffensives mais en pourrissant, elles dégagent un gaz aussi toxique que du cyanure. Depuis 2009, un chauffeur et un joggeur ont perdu la vie dans des circonstances troubles. Ils ne sont pas les premiers. En enquêtant sur le silence qui entoure chacune des victimes, la journaliste Inès Léraud et le dessinateur Pierre Van Hove ont déroulé le fil et sont remontés à la racine. C’est là, dans la nébuleuse mêlant gros bonnets de l’agro-industrie, scientifiques à la déontologie suspecte et autres marchands de doute, que se nichent la pièce manquante du puzzle et l’origine d’une omerta.

Bonne lecture.

Dans la presse :

Journal Breton – saison 2

Journal Breton – saison 2

Depuis maintenant deux ans, Inès Léraud a emménagé dans le hameau de Coat-Maël au coeur de la première région agroalimentaire de France, la Bretagne. Elle reprend son journal breton pour une deuxième saison qu’elle ouvre avec un bilan des changements qui ont eu lieu depuis son arrivée à Maël-Pestivien.

épisode 1 : Que sont-ils devenus ?

Depuis maintenant deux ans, Inès Léraud a emménagé dans le hameau de Coat-Maël au coeur de la première région agroalimentaire de France, la Bretagne.

Elle reprend son journal pour une deuxième saison qu’elle ouvre avec un bilan des changements qui ont eu lieu depuis qu’elle est arrivée à Maël-Pestivien et alentours.

Chanson de fin : « Fountain of youth » par Local natives – Album : « Sunlit youth » (2016) – Label : Infectious.

  • Reportages : Inès Léraud
  • Réalisation : Emmanuel Geoffroy

épisode 2 : Des nouvelles des voisins

  • Chapelle Saint Gildas, à Coat Maël

Depuis maintenant deux ans, Inès Léraud a emménagé dans le hameau de Coat-Maël au coeur de la première région agroalimentaire de France, la Bretagne. Elle reprend son journal pour une deuxième saison qu’elle ouvre avec un bilan des changements qui ont eu lieu depuis son arrivée à Maël-Pestivien.

 

  • Reportage : Inès Léraud
  • Réalisation : Jean-Christophe Francis

Emission « La petite lanterne » de Morgan Large sur Radio Kreiz Breizh


épisode 3 : La famille Jordan

Journal Breton Saison 2 épisode 3 : Les deux soeurs Jordan• Crédits : © Inès Léraud
Les deux soeurs Jordan• Crédits : © Inès Léraud

Pour le troisième épisode de cette deuxième saison, nous sommes dans le Morbihan. Dans le village agricole de Ploërdut, Inès rencontre les six membres de la famille Jordan qui a choisi de quitter le salariat, et vit avec quelques maigres subsides.

  • Reportage : Inès Léraud
  • Réalisation : Emmanuel Geoffroy

épisode 4 : Marilia

Marilia Petite a quitté son village centre-breton pour vivre dans une cabane en Sibérie orientale. Nous la rencontrons par deux fois, à un an d’écart, lors de retours dans la ferme familiale, à Trémargat.

Vers la page Wikipédia sur les Oudéguéïs
Vers la page Wikipédia de la région du Primorie

  • Reportage : Inès Léraud
  • Réalisation : Emmanuel Geoffroy

épisode 5 : La fabrique du silence 1 : à l’abattoir

Durant quatre nouveaux  épisodes, Inès recueille des histoires de menaces, de pressions, et d’autocensures, qui perpétuent l’hégémonie de l’agro-industrie bretonne. Ça commence dans les abattoirs.

  • Reportage : Inès Léraud
  • Réalisation : Cécile Laffon

 


épisode 6 : La fabrique du silence 1 : les citoyens

Dans cet épisode, Morgan Large, conseillère municipale de Glomel, Sébastien Le Cam, habitant de Glomel, et André Ollivro, militant associatif à Hillion, simples citoyens, racontent les pressions, menaces, et injonctions au silence qu’ils ont rencontrées lorsqu’ils ont voulu parler des pollutions produites par le système agroalimentaire breton.

 

 

Lien vers une émission de France Inter – Interception « Une histoire de grains pourris » (1ère partie d’une enquête sur Triskalia) diffusée le 22 février 2015

Lien vers une émission de France Culture – Sur les Docks « Collection Particulière : Paysans et salariés de l’agroalimentaire breton » (seconde partie de l’enquête sur Triskalia) diffusée le 26 février 2015

Chanson de fin : « Cover me over » par Slow Joe & the Ginger accident – album : « Sunny side up » (2011) – Label : Musique sauvage.

  • Reportage : Inès Léraud
  • Réalisation : Clémence Gross

Journal Breton saison 1

Rencontres intersexes

Rencontres intersexes

Dannie, Vincent et Ikram son intersexué(e)s – ou hermaphrodites. Les médecins et leurs parents leur ont choisi un sexe à la naissance. Ils racontent aujourd’hui leurs difficultés et leurs besoins.

Reportage : Inès Léraud
Réalisation : Delphine Lemer

En savoir plus sur : https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/rencontres-entre-personnes-intersexes

Des citoyens qui changent le monde : L’inspectrice du travail de Téfal

Des citoyens qui changent le monde : L’inspectrice du travail de Téfal

Laura Pfeiffer raconte comment une inspection de l’entreprise Téfal, en Haute-Savoie, qui tourne au calvaire la conduit à devenir lanceuse d’alerte sur les pressions subies par sa profession.

Laura Pfeiffer lors du procès de Chambéry• Crédits : © Laurent Cousin / Haytham Pictures
Laura Pfeiffer lors du procès de Chambéry• Crédits : © Laurent Cousin / Haytham Pictures

Laura Pfeiffer raconte comment une inspection de l’entreprise Téfal, en Haute-Savoie, qui tourne au calvaire la conduit à devenir lanceuse d’alerte sur les pressions subies par sa profession.

L’article du journal L’Humanité, qui a révélé l’affaire Téfal.

Les inspecteurs du travail sont aux avant-postes d’une guerre sourde mais intense. Qui sont-ils ? Que voient-ils ? « Inspecteurs du travail, une rencontre », webdoc en libre accès.

La page dédiée à Laura Pfeiffer sur Le mur des insoumis, média des lanceurs d’alerte.

Chanson de fin : « La danse des ombres » par Françoiz Breut – Album : « Zoo » (2016) – Label : Caramel beurre salé.

  • Reportage : Inès Léraud
  • Réalisation : Cécile Laffon
Des citoyens qui changent le monde : Yasmine Motarjemi, seule contre Nestlé

Des citoyens qui changent le monde : Yasmine Motarjemi, seule contre Nestlé

Directrice de la sécurité alimentaire devenue lanceuse d’alerte,Yasmine Motarjemi raconte son parcours vertigineux au sein de l’une des plus grosses industries agroalimentaires du monde.

Plsu d’infos sur: https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/des-citoyens-qui-changent-le-monde-6-yasmine-motarjemi-seule-contre

Des citoyens qui changent le monde : L’école des bois

Des citoyens qui changent le monde : L’école des bois

Jeune immigrée sur l’île de Majorque, dans le village de Bunyola, Yasmine Eid-Sabbagh ne trouvait pas d’école maternelle à sa convenance pour sa fille Amar. Elle a décidé de créer un projet pédagogique dans la forêt, où se rendent chaque jour quinze enfants de 2 à 6 ans.

  • école des bois 1

« Quand je parlais aux gens de cette idée de créer une école dans la forêt, ils me regardaient comme une extraterrestre. »

Chanson de fin :

« Chambacu » par A mover la colita Cumbias
Album : « 24 cumbias para bailar : al calor de la cumbia » (2016)
Label : Discos Linda et D&O Records.

Reportage : Inès Léraud
Réalisation : Philippe Baudouin

https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/des-citoyens-qui-changent-le-monde-5-lecole-des-bois



Références bibliographiques en anglais :


Référence bibliographique en espagnol

Des citoyens qui changent le monde : L’orchidée et les autoroutes

Des citoyens qui changent le monde : L’orchidée et les autoroutes

De simples citoyens, conseillers municipaux, chômeurs, ouvriers, se battent pour changer le monde et y parviennent. Ils mènent des combats victorieux pour le bien commun.

  • L'orchidée "Ophrys miroir"
    L'orchidée "Ophrys miroir"• Crédits : Vincent Sennes

Vincent Sennes, près de Bordeaux, défend une orchidée rare et vulnérable contre un projet immobilier. Raymond Avrillier, citoyen grenoblois, contraint l’état à la transparence sur des accords passés en 2015 entre Emmanuel Macron, ministre de l’économie, et les autoroutiers.

 

Chanson de fin :
« Warm foothills » par Alt-J
Album : « This is all yours » (2014)
Label : Infectious.

Reportage : Inès Leraud
Réalisation : Anne Kobylak

Poème composé par Vincent Sennes

Lien vers le site ANTICOR (Contre la corruption, pour l’éthique en politique)

Lien vers une émission de France Inter du 13/10/2016 : « La très rentable privatisation des sociétés d’autoroutes ».

Lien vers un article de Basta du 1er/02/2017 : « Investissements autoroutiers : de maigres créations d’emplois, un gros enrichissement des actionnaires ».

Lien vers le site du Lanceur , site consacré à l’investigation journalistique, les lanceurs d’alertes et les lanceurs d’idées, créé par la rédaction de Lyon Capitale. Article de Raymond Avrillier : “C’est l’Administration qui est procédurière”.

Document à l’usage de tout administré… (le droit à l’information et l’accès aux documents)

Des citoyens qui changent le monde : Mauricio, lanceur d’alerte à l’abattoir de Limoges

Des citoyens qui changent le monde : Mauricio, lanceur d’alerte à l’abattoir de Limoges

De simples citoyens, conseillers municipaux, chômeurs, ouvriers, se battent pour changer le monde et y parviennent. Ils mènent des combats victorieux pour le bien commun.

Mauricio Garcia Pereira• Crédits : Louise Thy – Libération

Mauricio Garcia Pereira, ouvrier à l’abattoir de Limoges, raconte comment il est devenu lanceur d’alerte pour mettre fin à l’abattage des vaches gestantes.

« Même pour 20 000 euros par mois, je ne retournerai pas à l’abattoir. »

 

 

Chanson de fin :
« Mountain at my gates » par Foals
Album : « What, when, down » (2015)
Label : Warner Bros.

Reportage : Inès Léraud
Réalisation : Emmanuel Geoffroy

https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/des-citoyens-qui-changent-le-monde-3-mauricio-lanceur-dalerte

Des citoyens qui changent le monde : La vigne et Superphénix

Des citoyens qui changent le monde : La vigne et Superphénix

De simples citoyens, conseillers municipaux, chômeurs, ouvriers, se battent pour changer le monde et y parviennent. Ils mènent des combats victorieux pour le bien commun.

 

Marie-Lys Bibeyran• Crédits : Pierre Sauvey - Maxppp
Marie-Lys Bibeyran• Crédits : Pierre Sauvey – Maxppp

A Listrac dans le Médoc, la villageoise Marie-Lys Bibeyran, est parvenu à négocier avec certains viticulteurs qu’ils préviennent par sms les habitants avant chaque traitement chimique des vignes. Riverains, promeneurs, écoliers et usagers du terrain de sport, peuvent donc éviter de sortir en plein air les jours de pulvérisation.

Dans l’Isère, Raymond Avrillier, simple citoyen, a participé à la fermeture définitive d’un réacteur nucléaire expérimental, Superphénix, en prouvant qu’il était défaillant.

Raymond Avrillier• Crédits : JEAN-PIERRE CLATOT - AFP
Raymond Avrillier• Crédits : JEAN-PIERRE CLATOT – AFP

Lien vers le site de l’association « Info Médoc Pesticides » fondée par Marie-Lys Bibeyran

Chanson de fin :
« In the end » par Linkin Park
Album : « Hybrid Theory » (2000)
Label : Warner Bros.

Reportage : Inès Léraud
Réalisation : Emmanuel Geoffroy

https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/des-citoyens-qui-changent-le-monde-2-la-vigne-et-superphenix