Les mercuriens

Les mercuriens

mercu L’enquête a commencé il y a plusieurs années quand, petit à petit, ma mère s’est transformée. Des troubles de la mémoire, de l’élocution, une grande fatigue se sont mis en place si doucement, que nous ne les avons d’abord pas remarqué ou que nous avons simplement pensé qu’elle vieillissait. Elle est ensuite devenue allergique aux odeurs artificielles et à de nombreux aliments, pour finir par ne plus en manger que quinze. Mais aucun médecin n’est parvenu à comprendre les causes de ces différents symptômes qui s’amplifiaient. Pensant qu’elle faisait une dépression, ils lui ont conseillé de voir un psychologue.

Les amalgames dentaires ou plombages, ces petits morceaux gris que beaucoup d’entre nous portons en bouche, ne contiennent en fait pas de plomb mais sont constitués à cinquante pour cent par l’un des toxiques les plus puissants du monde : le mercure. Celui-ci se libère en petites quantités qui se stockent dans l’organisme et détruisent, selon les autorités de certains pays, à petit feu notre santé. C’est pourquoi l’Allemagne, l’Autriche, la Suède, le Japon et la Russie en ont restreint l’usage, et que la Norvège les a interdits. Mais en France nos autorités sanitaires considèrent que la libération du mercure est inférieure aux seuils de toxicité et les dentistes continuent d’en poser. Des gens pourtant luttent pour la reconnaissance officielle de leur intoxication au mercure dentaire. Personne ne veut les croire, personne même, ne veut les écouter, et notre autorité sanitaire les a classés cas psychiatriques. Avec eux pendant une heure, il sera affaire d’intime conviction, de contestation des certitudes, et peut-être… de lancement d’alerte.

POUR ECOUTER :

Télérama
20/03/08
L’Humanité
20/03/08
Le Courrier de l’Ouest
07/08/08
Le Courrier de l’Ouest
08/08/08
La Nouvelle République
08/08/08
Telerama lhuma courrierdelouest courrierdelouest2 LaNouvelleRepublique

 

Les mercuriens II : La naissance d’un procès de santé publique

Les mercuriens II : La naissance d’un procès de santé publique

mercuLa naissance d’un procès de santé publique, c’est l’histoire de combats sans pareil, de combats d’une vie, de combats qui se rejoignent un jour ou l’autre pour contester une même certitude médicale.

Ici c’est d’amalgame dentaire dont il s’agit : aussi appelés plombages, ces petits morceaux gris que beaucoup d’entre nous portons en bouche ne contiennent en fait pas de plomb mais plusieurs métaux lourds dont l’un des toxiques les plus puissants du monde : le mercure.
Aussi leur usage est-il restreint ou interdit dans plusieurs pays du monde : en Russie, au Japon, en Suède, en Allemagne, et depuis 2008 en Norvège et au Danemark.
Mais en France, le débat public sur l’amalgame dentaire, largement dominé par ses défenseurs, a été réduit au silence par un rapport officiel des autorités sanitaires qui lui prêtent toute innocuité.
C’est ainsi que dans notre pays, les malades qui présentent des symptômes d’intoxication chronique au métaux (fatigue, dépression, timidité, douleurs musculaires, troubles neurologiques), ne sont pas dépistés, ne sont pas reconnus, et sont envoyés vers la psychiatrie. Dans la précédente émission, les membres du Groupe d’Entraide des Intoxiqués au Mercure (GEIM), promettaient de passer par un procès de santé publique pour se faire entendre.
Nous avons recueilli pour cette deuxième émission, le témoignage d’une des premières familles qui a porté plainte en 2005 auprès du tribunal de grande instance de Limoges, ainsi que ceux de spécialistes, dont Mme Bertella Geffroy, juge d’instruction notamment, des affaires de l’amiante et du sang contaminé, et dans les mains de laquelle se trouve le dossier de l’amalgame dentaire.
Ces témoignages décrivent le flou médical et le néant dans lesquels se sont trouvés les malades qui ont décidé de porter plainte. Plainte qui, au-delà du débat pour ou contre les amalgames dentaires, dénonce avant tout l’impossibilité d’avoir accès, aujourd’hui en France, à une discussion pragmatique avec les autorités sanitaires, et à un vrai diagnostic d’une intoxication chronique aux métaux lourds, c’est-à-dire à la vérité quelle qu’elle soit.

Avec Claire Sarthout, plaignante, Marie-Odile Bertella Geffroy, juge d’instruction au pôle de santé publique du Tribunal de Grande Instance de Paris, Marie Grosman, biologiste, Maître Ludot, avocat, Jean-Paul Davidas, chirurgien dentiste, Isabelle Montigny, ancienne avocate et plaignante.
Un grand merci à la famille Sarthout, à Véroz, Stéphanie B., Jean Menezo, André Bolzinger, et toutes les personnes qui ont laissé des messages au 0143299960, sur le répondeur prévu à cet effet.

Page de l’émission sur le site de France Culture : Cliquez ici

Revue de presse

Le monde
8 novembre 2008
Politis
13 novembre 2008
Politis 13 novembre 2008
L’Humanité dimanche
7 novembre 2008
003_07-11-08_HD.png
Ouest France
13 novembre 2008
004_13-11-08_OuestFrance.png

 

Liens utiles