L’œuvre de René Vautier

L’œuvre de René Vautier

René Vautier, décédé en 2015, voulait « raconter l’histoire en images, tout de suite », ou encore « utiliser sa caméra comme une arme dans un cinéma d’intervention sociale ».

René Vautier• Crédits : David ADEMAS / PHOTOPQR/OUEST FRANCE – Maxppp

Collection Témoignages

Un documentaire d’Inès Léraud et Guillaume Baldy

 

En 2010, à plusieurs reprises, Inès Léraud a rencontré et enregistré le cinéaste breton René Vautier réalisateur de films engagés notamment pour l’indépendance de l’Afrique, les luttes ouvrières, le principe pollueur-payeur et contre l’extrême-droite. Lors de ces entretiens, il a 82 ans et se sait atteint d’une maladie incurable. Il s’interroge alors sur le sens et l’avenir de son œuvre. Il aurait en effet réalisé 180 films pour la plupart disparus, abîmés, brûlés, ou dispersés par les urgences de l’histoire et par la censure.

Nicole Brenez, responsable des programmes d’avant-garde à la cinémathèque française compare son œuvre à une arme qui parfois a disparu dans la bataille.

Chez René Vautier à Cancale, avec ses proches collaborateurs, ou encore avec les membres de la cinémathèque de Brest qui tentent d‘identifier, retrouver, et réparer ses films, ce documentaire sonore cherche à comprendre les questions éthiques, esthétiques, et pratiques que pose le cinéma d’action directe, cette œuvre performative, en particulier à l’aube de la disparition de son auteur, qui en était à certains égards l’unique mémoire.

Avec :
René Vautier
Son ami et collaborateur Michel Le Thomas
Ex-salariés de Trigano filmés dans « Quand tu disais Valéry »
Gilbert le Traon
Le personnel de la cinémathèque de Brest

https://www.franceculture.fr/emissions/sur-les-docks/l-oeuvre-de-rene-vautier

Benno : Histoire d’un silence (1/2)

Benno : Histoire d’un silence (1/2)

Enquête familiale, « Tacere » est centrée autour de la figure de Benno Sternberg, dit Benno Sarel, ou Hugo Bell, et racontée par sa petite-fille qui ne l’a jamais connu, Alice.

**Un documentaire d’Alice Sternberg, Inès Léraud et Dimitri Burdzelian, réalisé par Anna Szmuc

 

Tacere, histoire d’un silence • Crédits : Dimitri Burdzelian

« Mon grand-père, Benno Sternberg, venu de Roumanie en 1936 à l’âge de 21 ans, est mort à 55 ans. Mon père, André, en avait alors 10, ma tante, Lamiel, 13. Benno a vécu une carrière de sociologue et a mené un combat politique dans le groupe « Socialisme ou Barbarie ». Dans ma famille nous avions pris l’habitude de nous contenter du constat résigné que la mémoire de Benno n’existait plus, par la volonté même de celle qui avait partagé le plus intimement sa vie, Monique, sa femme. »

Méconnu du grand public, « Socialisme ou Barbarie », dit SouB, est crée en 1948 par les philosophes Claude Lefort et Cornelius Castoriadis, et dissout en 1967. Il regroupe des intellectuels et des ouvriers. Tous sont en rupture avec le parti communiste, et tentent de penser de nouvelles formes d’autogestion (ils prennent pour référence notamment l’insurrection hongroise de 1956). Dans la revue éponyme qu’ils publient, ils mêlent observations de terrain et théories, et développent la notion de bureaucratie, qui leur permet de critiquer à la fois le stalinisme des pays de l’est et le capitalisme occidental.

Benno Sternberg, est membre de SouB dès sa création. Il écrit dans la revue sous les pseudonymes Benno Sarel et Hugo Bell. Il publie en 1958 son livre majeur, « La classe ouvrière d’Allemagne Orientale », fruit d’une enquête sociologique sur la résistance des ouvriers d’Allemagne de l’est face au régime stalinien.

« Je n’en sais guère plus en commençant mon enquête. Les enfants de Benno eux-mêmes ne peuvent m’éclairer d’avantage. Pour savoir qui était mon grand-père, je rencontre les anciens membres de SouB, la plupart âgés de plus de 90 ans, ainsi que Patrick Marcolini, jeune philosophe et historien des idées, passionné par le groupe. » Alice Sternberg

Avec :

Lamiel Sternberg et André Sternberg , enfants de Monique et Benno

**Jacques Signorelli, Georges Petit, Martine Vidal, Jacques Gautrat dit Mothé, Henri Simon, Helen et Daniel Blanchard, anciens membres de SouB

**Patrick Marcolini , philosophe et historien des idées.

https://www.franceculture.fr/emissions/sur-les-docks/benno-histoire-dun-silence-12

Il existe un endroit… La maternité d’Elne, près de Perpignan

Il existe un endroit… La maternité d’Elne, près de Perpignan

La maternité d'Elne pendant la deuxième guerre mondiale. © Mairie d'Elne. / Elisabeth Eidenbenz
La maternité d’Elne pendant la deuxième guerre mondiale. © Mairie d’Elne. / Elisabeth Eidenbenz

Au coeur des Pyrénées-Orientales, dans la petite ville de Elne près de Perpignan, il existe un château appelé “Château d’en Bardou” dont on a récemment découvert qu’il avait servi en 1939 et 1944 de maternité pour des républicaines espagnoles internées dans les camps du Roussillon, ainsi que pour des juives ou des tziganes, persécutées pendant la seconde guerre mondiale.C’est ainsi que la jeune Elisabeth Eidenbenz, qui avait pris la direction de la Maternité dans le cadre de l’aide humanitaire suisse, a permis de mettre au monde et de sauver plus de 600 enfants de près de 20 nationalités !Partons aujourd’hui à la découverte de cette histoire, avec les acteurs de son ressurgissement : Nicolas Garcia, maire d’Elne et petit-fils de Républicain Espagnol, Tristan Castanier historien, Célia Garcia, Serge Barba, et Guy Eckstein, enfants nés à la maternité d’Elne, ainsi que Florence Dumahut, médiatrice culturelle de la Mairie d’Elne.Un reportage d’Inès Leraud.

https://www.franceinter.fr/emissions/il-existe-un-endroit/il-existe-un-endroit-15-decembre-2013

Il existe un endroit… A l’Hôtel Belvédère du Rayon vert, à Cerbère dans les Pyrénèes orientales.

Il existe un endroit… A l’Hôtel Belvédère du Rayon vert, à Cerbère dans les Pyrénèes orientales.

L'Hôtel Belvédère du Rayon vert à Cerbère dans les Pyrénèes orientales.
L’Hôtel Belvédère du Rayon vert à Cerbère dans les Pyrénèes orientales. © Radio France / Maria Moutot

“Un rendez-vous de repérages pour un film, c’est parfois aussi intense qu’un rendez-vous amoureux. La même attente fébrile, la même espérance inquiète débordée par le désir, l’impatience d’y être et puis la certitude d’avoir trouvé, que ce soit ça.Je m’arrête fascinée devant ce paquebot de béton armé qui se défait entre la mer et les voies ferrées (…) le décor absolu, le début et la fin du film Maria Moutot est en charge des repérages sur des films de cinéma. En décapotable et avec un appareil photo, elle sillone la France à la recherche de lieux où pourrait prendre vie un scénario.Un jour son regard a rencontré le Belvédère du Rayon vert, un hôtel luxueux et aujourd’hui fantomatique, construit à l’époque des années folles. De cette rencontre, elle a fait une installation qui mêle photos, textes et bandes son, et qui s’appelle “En repérages” . Retour avec celle qui n’oublie jamais un endroit, au bout du monde, au bout de la France, au bout de la carte : à Cerbère.

Vous avez entendu dans l’émission d’aujourd’hui, des extraits de textes, d’entretiens et de sons, issus de l’installation “En repérages” de Maria Moutot , (avec une création sonore de Malo Thouément ), exposée au Festival “Visa pour l’image” à Perpignan en 2011……ainsi que des extraits de l’album Le marchand d’espoir de Brigande .

 

Les liens

Le site de Maria Moutot.

Le site de Malo Thouément. Le site de Malo Thouément, ingenieur du son et créateur sonore de l’exposition “En repérage” de Maria Moutot. Pour écouter la bande son de l’exposition dans son intégralité, cliquez sur ce lien.

Le festival de cinéma du “Rayon vert” à Cerbère.

Festival Visa pour l’image 2013 Le plus grand festival international de photojournalisme, qui a lieu tous les ans à Perpignan. Un rendez-vous exceptionnel des amoureux de la photographie.

Theresa, dans un pays qui n’existe plus

Theresa, dans un pays qui n’existe plus

theresaTheresa a grandi à Berlin est. Depuis la chute du mur, elle ne reconnaît plus son pays. Elle a l’impression que le sol s’est dérobé sous ses pieds. Theresa est nostalgique, cette perte d’identité que ressentent les anciens ressortissants de la RDA après la réunification des deux Allemagne en 1990. Promenade avec elle le long d’une frontière invisible.

Reportage : Inès Léraud
Réalisation : Annabelle Brouard