Maroc : la monarchie intouchable ?

Maroc : la monarchie intouchable ?

La société civile marocaine unie derrière l'appel aux réformes © Radio France - 2011 / Magharebia
La société civile marocaine unie derrière l’appel aux réformes
© Radio France – 2011 / Magharebia

Et le Maroc ?

La question se pose très vite quand on passe en revue les “révolutions”  arabes de l’année 2011.

Et le Maroc ? Car si le régime de Ben Ali est tombé en Tunisie, si celui de Moubarak n’a pu résister en Egypte, si le “colonel” Kadhafi a disparu dans les sables du désert libyen, Mohamed VI siège toujours sur le trône du royaume chérifien, et personne n’envisage sérieusement qu’il doive y renoncer prochainement.

Il est vrai que, contrairement à ses voisins de la région, le successeur d’Hassan II a senti très tôt monter ce vent révolutionnaire, et qu’il a tout fait pour l’empêcher de souffler sur son pays.

Tout d’abord en réprimant la contestation organisée autour du mouvement du 20 février, et ensuite en proposant au pays une réforme constitutionnelle qui, en principe, amoindrit les pouvoirs du souverain. En juillet dernier, par plus de 98% des voix exprimées, les marocains ont approuvé ces changements. Chiffre ridicule, scandaleux, a dénoncé l’opposition. Les Etats occidentaux, à commencer par la France,  n’en ont pas moins applaudi dans un bel ensemble, rassurés de voir un régime ami apparemment épargné. Pourtant, la contestation, sociale autant que politique, née des premières manifestations du 20 février, n’a pas faibli. Des élections législatives se dérouleront le 25

novembre.  Une partie de l’opposition a décidé de les boycotter. Et les cortèges continuent de se rassembler à Rabat, Casablanca, Tanger et Marrakech.

C’est avec un jeune franco-marocain qu’Inès Leraud s’est rendue sur place cet été pour y rencontrer des marocains de toutes conditions, encore respectueux de leur roi, mais qui tous dénoncent des conditions de vie difficile, un droit d’expression très muselé, et une classe dirigeante corrompue.

POUR ECOUTER :

Véolia, dégage !

Véolia, dégage !

A Tanger, la distribution de l’eau et de l’électricité a été privatisée en 2002, et c’est maintenant Amendis, filiale de Véolia, qui s’en charge. L’entreprise soulève de graves mécontentements parmi la population. Tant et si bien qu’à Tanger, “Amendis, dégage” est devenu l’un des mots d’ordre du mouvement du 20 février. Reportage : Inès Léraud; mise en ondes : Julie Beressi.

Dans les bidonvilles de Casa

Dans les bidonvilles de Casa

A Casablanca, les habitants des bidonvilles et ceux de la vieille Medina nous emmènent visiter leurs maisons de tôle et de brique. Ils font partie de ceux qui se sont soulevés et ont rejoint le mouvement de contestation générale au Maroc, appelé “mouvement du 20 février”. 

Reportage : Inès Léraud

Mise en ondes : Julie Beressi

POUR ECOUTER : 

Fichier audio intégré

ou :

https://www.franceculture.fr/emission-les-pieds-sur-terre-dans-les-bidonvilles-de-casa-2011-08-29

Egypte : l’histoire retient son souffle

Egypte : l’histoire retient son souffle

arton2102.jpg“Là-bas si j’y suis”, France Inter, 55′

L’histoire nous mord la nuque. Que va-t-il se passer ? Hésitation, récupération, radicalisation ? Déjà un mur s’est effondré. Et derrière ce mur de papier, et cet épouvantable épouvantail de l’islamisme, il n’y avait que des gens comme nous.

Reportage dans la manifestation parisienne de soutien au peuple égyptien, samedi 5 février, par Inès Léraud, avec l’aide de Marina Touilliez.

Suivi d’un entretien avec Eric Rouleau, journaliste et ancien ambassadeur de France en Tunisie et en Turquie.

Pour écouter : http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=2102

OU

Programmation musicale Arabian Knightz : El Assatok Master Mimz : Back down Mubarak

Spéciale Egypte

Spéciale Egypte

Manifestation devant l’ambassade d’Egypte à Paris le 29 janvier 2011
Manifestation devant l’ambassade d’Egypte à Paris le 29 janvier 2011

“Là-bas si j’y suis”, France Inter, 55′

Ce week end, les Egyptiens de France ont manifesté à Paris contre Moubarak et pour soutenir le peuple de là-bas. De l’ambassade d’Egypte aux Champs Elysées, en passant devant un immeuble appartenant à Moubarak, ils marchent et crient leur espoir de voir leur pays, à l’instar de la Tunisie, renverser le pouvoir qui est à sa tête depuis 1981.

Un reportage d’Inès Léraud

Pour écouter : http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=2096

OU

Programmation musicale
Omar Boflot : Benkalem
El Mazzika Shahin : La feen weselt
Y crew family : Law fakreen